Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Industrie d'armement

Sur le Yémen, vente d’armes 
et dénégations d’État

14 août 2019 | Mise à jour le 10 juillet 2019
Par | Photo(s) : Flickr/Felton-Nyc
Sur le Yémen, vente d’armes 
et dénégations d’État

Jusqu'où la France d'Emmanuel Macron ira-t-elle pour continuer à vendre des armes à l'Arabie saoudite qui poursuit sa sale guerre au Yémen ?

Lancée en mars 2015 pour réinstaller au pouvoir un allié de Ryad et réduire l'influence régionale de l'Iran, la guerre que mène l'Arabie saoudite au Yémen, avec une coalition d'États arabes, a déjà fait plusieurs dizaines de milliers de morts. Le blocus total du pays renforce la crise humanitaire : plusieurs millions d'êtres humains sont en situation d'insécurité alimentaire et menacés par l'épidémie de choléra qui se répand…

DiscloseCréé en 2018, ce média à but non lucratif associe journalistes, hackers, photographes, avocats et chercheurs.

Florence Parly, ministre des Armées, assurait encore en janvier : « Nous n'avons récemment vendu aucune arme qui puisse être utilisée dans le conflit. » Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, affirmait en février : « Nous sommes complètement fidèles à nos engagements, dans nos ventes d'armes, au traité du commerce des armes. Traité que nous respectons totalement. »

Las, le média d'investigation en ligne Disclose a dévoilé mi-avril une note confidentielle de l'automne 2018 prouvant qu'à Paris, l'exécutif connaît parfaitement l'usage massif des armes françaises que fait la coalition dans cette guerre.

Réaction officielle à ces révélations ? Trois journalistes ayant participé à l'enquête sont convoqués mi-mai par la DGSI et la justice a ouvert une enquête après la transmission au média en ligne de la note « confidentiel Défense ». Ces journalistes, auxquels quelque 40 médias français ont apporté leur soutien, le soulignent : « Le document dont la publication n'a aucunement remis en cause la sécurité des agents français sur le terrain, a été révélé en raison de son intérêt manifeste pour le public ». Mais « depuis ces révélations, le gouvernement est resté muet sur les faits ».

« Malgré cette situation intolérable pour les Yéménites, la France continue à vendre à l'Arabie saoudite des matériels et armes terrestres, aériens, navals. Les enjeux financiers sont importants, l'Arabie saoudite est le deuxième acheteur d'armes à la France, après l'Inde », dénonce la fédé­ration CGT des travailleurs de l'État (FNTE). Et de réclamer : « L'exportation d'armement doit être beaucoup mieux encadrée et sortir de l'opacité dans laquelle elle s'opère aujourd'hui. Il y a urgence, la population yéménite, comme d'autres, ne peuvent plus attendre ».