Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

1 800postes supprimés dans l’éducation nationale en 2019

17 septembre 2018 | Mise à jour le 17 septembre 2018
Par | Journaliste
Annoncée ce matin dans les pages du Figaro par le ministre de l'Éducation nationale — Jean-Michel Blanquer — la mesure de « Rationalisation des moyens » affectés au secteur de l'éducation va principalement concerner le primaire et le secondaire.

Sont visés, majoritairement, les postes administratifs, mais aussi d'enseignants auxquels les directions d'établissement pourront, dès 2019, imposer une deuxième heure de travail supplémentaire exemptée de cotisations sociales. Un retour, en somme, au « Travailler plus pour gagner plus » de l'ère Sarkozy.

Pour rappel, 4 000 postes avaient été supprimés à l'époque avec, aux manettes des ces « Rationalisations » bien pensées, le même Jean-Michel Blanquer sous la houlette de Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale durant le quinquennat Sarkozy. Sans surprise, l'annonce de ces suppressions de postes a fait réagir les syndicats qui dénoncent une « casse sociale ». À juste titre si l'on tient compte des projections démographiques qui tablent sur 26 000 élèves de plus en 2017 et sur 110 000 élèves de plus d'ici 2021, a rappelé le SNES, principal syndicat du secondaire.

Bref, encore une illustration de ce « Nouveau monde » selon Macron, qui n'en finit pas de recycler l'ancien, cette politique du leurre qui, sous couvert d'allègements de cotisations sociales induit en réalité un allongement du temps de travail et, mécaniquement, mais invisiblement, une baisse de sa rémunération puisque la part du salaire socialisé, elle, n'est plus rétribuée

Afin de neutraliser dans l'œuf les critiques autour de sa réforme, Jean-Michel Blanquer a expliqué que cette mesure serait compensée par l'accélération des mutualisations de cours, déjà à l'œuvre dans le secondaire.