À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

1,6millions de pauvres échappent aux statistiques sur la pauvreté

5 janvier 2022 | Mise à jour le 5 janvier 2022
Par | Rédacteur en chef
Notre pays compterait selon l’Insee quelque 1,6 millions de personnes invisibles dans les statistiques de la pauvreté. Elles sont sans domicile fixe, elles sont âgées et vivent en établissement. Ils sont aussi travailleurs immigrés en foyer, détenus, étudiants, ou encore habitants de l'outre-mer.

L'Insee vient de calculer récemment que 1,6 million de personnes pauvres ne sont pas enregistrées dans les données publiées chaque année. On ne compterait donc pas 8,5 millions, mais 10,1 millions de personnes pauvres en France vivant en dessous du seuil de 60 % du niveau de vie médian. « En 2019, précise l’Insee,  selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux, le niveau de vie annuel médian des personnes vivant dans un ménage de France métropolitaine est de 22 040 euros, soit 1 837 euros par mois. Ce montant partage la population en deux, la première moitié ayant un niveau de vie inférieur et la seconde un niveau de vie supérieur. Il correspond à un revenu disponible de 1 837 euros par mois pour une personne seule et de 3 857 euros par mois pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans ».


Selon le Centre d'observation de la société, « la statistique appréhende mal les populations hors logements classiques. Il n'y a pas une pauvreté « cachée » par les services statistiques officiels. Ainsi, l'Insee a publié cette année des éléments sur la pauvreté dans les départements d'outre-mer, même s'il demeure inacceptable que ces territoires ne soient pas intégrés dans les données nationales » .

Le soutien familial

A ces données enfin disponibles, il faudrait ajouter selon le Centre d’observation de la société, « une partie de la population qui dispose de faibles revenus mais dépasse le seuil de pauvreté en raison de la prise en compte de l'ensemble des ressources du ménage ». Pris individuellement, ces adultes entreraient dans les chiffres de la pauvreté. S’ils ne vivent pas dans la pauvreté au quotidien, c’est parce que leurs faibles revenus sont complétés par les revenus d’un tiers. Elles sont souvent femmes inactives dont le conjoint dispose d'un revenu suffisant pour que l'ensemble du ménage se situe au-dessus du seuil de pauvreté. Ils et elles sont de jeunes adultes qui connaissent des difficultés d'insertion sur le marché du travail et sont contraints de rester ou de revenir vivre chez leurs parents.