Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

5 %des Français les plus modestes sont les grands perdants du budget 2020

6 février 2020 | Mise à jour le 6 février 2020
Par | Journaliste
Selon une étude de l'OFCE, publiée le 5 février, les 5 % des Français les plus pauvres sont les grands perdants de la politique économique d'Emmanuel Macron. Celle-ci aura en outre un impact négatif sur les 40 % de la population les plus modestes. Les grands gagnants sont les classes moyennes supérieures.

Les 5 % des Français les plus pauvres

Ils sont les grands perdants du budget 2020 et devraient voir leur revenu disponible réduit de 45 euros en moyenne sur l’année. Ce sont même 15 % des ménages les plus modestes qui vont voir leur niveau de vie « amputé », en particulier par les réformes des allocations chômage et logement, celle-ci devant s'appliquer dès le 1er avril.

Voilà, le premier enseignement de l'étude publiée, le 5 février, par l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le centre de recherche en économie de Science Po.

Les plus aisés

L'analyse que fait l'OFCE de la loi de finances votée en décembre 2019 pour impulser la politique économique gouvernementale, montre qu'elle va surtout bénéficier à ceux dont le niveau de vie est supérieur au niveau de vie médian.

Baisse de l’impôt sur le revenu (-5 milliards en 2020) et de la taxe d’habitation (environ -3 milliards en 2020), réforme de l’allocation chômage, changement du calcul des aides au logement : les mesures prises par le gouvernement profiteront surtout aux ménages aisés et actifs. Concrètement, 70 % des ménages français devraient bénéficier de 5 milliards d'euros de hausse de leur pouvoir d'achat. Bref, l'étiquette de « Président des riches » va continuer à coller à la peau d'Emmanuel Macron…

Sur les 17 milliards d’euros de gains de pouvoir d’achat pour les ménages depuis 2018, plus de 4 milliards d’euros l’ont été aux 5 % de ménages les plus aisés. À contrario, l’effet cumulé des mesures prises depuis le début du quinquennat devrait être négatif pour les 10 % de ménages les plus modestes.

Financement de la Sécurité sociale en 2020 : le budget de la colère