À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

Un vendredi de colère pour les droits sociaux

Frédéric Dayan
19 avril 2021 | Mise à jour le 19 avril 2021
Par | Rédacteur en chef adjoint
Ce vendredi  23 avril, le mouvement d’occupation des théâtres et lieux de culture entamé à l’Odéon le 4 mars dernier par les intermittents et professionnels du spectacle, de la culture devrait connaître un nouveau temps fort en convergence avec d’autres professions lors d'un « vendredi de la colère » pour les droits sociaux et contre la « réforme » de l’assurance chômage.

À une semaine du 1er mai, cette journée sera marquée par un appel à des manifestations dans tout le pays « pour l'emploi, une protection sociale à la hauteur, la prolongation des droits de toutes et tous » lancé notamment par plusieurs organisations de la CGT (organismes sociaux, syndicats de l'État, Comité national des privés d'emploi et précaires, de l'intérim, du spectacle, du cinéma, de l'audiovisuel, des journalistes).

En prenant la forme d'une occupation d'une centaine de lieux culturels dans la foulée de celle du théâtre de l'Odéon depuis le 4 mars, la mobilisation des artistes, techniciens et intermittents du spectacle est d'emblée apparue comme fédératrice comme l’ont proposé les premiers occupants. Ils affirmaient : « notre lutte dépasse les revendications du secteur culturel et appelons à la mobilisation générale contre le projet de réforme de l'assurance chômage » .

Partout dans le pays, ces occupations pacifiques sont devenues des agoras démocratiques un peu à la manière des « Nuit debout ». Les intermittent.es y ont été rejoints par des travailleuses et travailleurs de professions sinistrées par la crise sanitaire et la politique du gouvernement. Par exemple, les saisonniers, extras hôteliers, guides conférenciers, intérimaires, en grande partie des jeunes et des étudiant.es. Nombreux.ses sont celles et ceux qui se retrouvent dans les revendications portées par les intermittent.es parce que la réforme de l'Assurance chômage que le gouvernement veut mettre en œuvre au 1er juillet nous concerne toutes et tous et va implacablement pénaliser celles et ceux dont les emplois sont ou seront détruits.

Les estimations on ne peut plus sérieuses et officielles font désormais état d'une baisse des allocations pour au moins 1,7 million de privés d'emploi. Et c’est bien dans les mesures injustes qu’elle instaure que se fonde l'opposition unanime des centrales syndicales à cette « réforme ».

Les cadres n’en sont pas épargnés avec la dégressivité des allocations chômage. Présentée avec des arguments populistes, cette mesure a un impact sur l'ensemble des privé.es d'emplois : elle contraint, dans une période de récession économique, à accepter n'importe quelle offre, au mépris du niveau de qualification et du salaire précédent et instaure le déclassement en cascade. La solution à une partie des difficultés de l'Assurance chômage se trouve au contraire dans le déplafonnement des cotisations et des allocations, qui, en mettant à contribution les cadres supérieurs des grandes entreprises permettrait de dégager 700 millions d'euros de recettes supplémentaires chaque année pour l'assurance chômage.

Ce mouvement des occupations parle à toutes et tous parce qu'il met au centre la garantie des droits sociaux, dont l'accès à une assurance chômage et croise la défense de la culture et la lutte contre la précarité. Parce que, comme l'affirme Denis Gravouil, le dirigeant de la CGT Spectacle occupant l'Odéon, dans un article de Libération, « les deux sont insupportables : le manque de lien social à travers la culture entre autres et la précarité (…) qui va être renforcée si cette réforme de l'Assurance chômage passe ». Dans cette période de marasme, ce joyeux mouvement des occupations offre une éclaircie salutaire. Il ne demande qu'à s'amplifier.

Vidéo – 1er Mai : la CGT propose des manifestations unitaires en « présentiel »