-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
LIVRE

Europe : le ver nationaliste est dans le fruit libéral

15 février 2019 | Mise à jour le 15 février 2019
Par | Photo(s) : DR
Europe : le ver nationaliste est dans le fruit libéral

Dans son nouvel ouvrage sur l'Europe, le journaliste Bruno Odent analyse comment l'ordo-libéralisme, axe des politiques européennes, peut mener au « national-libéralisme », qui ajoute la xénophobie d'État aux pires recettes du libéralisme. Il propose aussi des pistes pour « libérer » l'Europe.

Dans un précédent ouvrage, Modèle allemand une imposture (Éditions Le Temps des cerises, 2016.), Bruno Odent, journaliste à L'Humanité, analysait le modèle « ordo-libéral », apparu en Allemagne dès les années 1930, selon lequel l'État a pour mission de garantir la « concurrence libre et non faussée » entre les entreprises. Il observait alors comment cet ordo-libéralisme était devenu la norme en Europe et en dénonçait les ravages sociaux.

Cette fois, Bruno Odent étudie comment ce modèle porte en lui le ver nationaliste et comment les partis de droite extrême et d'extrême droite au pouvoir dans plusieurs pays d'Europe, arrivés à la faveur du rejet légitime de l'austérité, non seulement mènent des politiques d'exclusion, de rejet des migrants et de haine de l'Autre, mais déploient aussi des orientations économiques aux recettes tout aussi libérales que celles qu'ils prétendaient combattre.

C'est le cas notamment, comme le montre Bruno Odent, dans la Hongrie de Viktor Orban, qui met en œuvre une politique à la fois ouvertement xénophobe et ultralibérale.

Les dérives de l'ordre libéral

Aussi le journaliste revient-il sur les politiques économiques des États européens alignés sur le modèle allemand — notamment en France — et sur leurs conséquences austéritaires. Il décrypte l'autoritarisme grandissant des pouvoirs en place lorsque ces logiques sont mises en cause (soit en interne au sein du pays, soit quand l'un des États membres de l'UE, comme la Grèce, revendique une autre politique), et rappelle aussi les dérives nationalistes dont ne s'exemptent pas ces pouvoirs.

Mais il analyse également comment ces choix économiques mènent à l'émergence et à l'enracinement des thèses et organisations nationalistes. Il insiste en particulier sur ce qui se joue de ce point de vue en Allemagne même, où vacille la « grande coalition » autour d'Angela Merkel.

Une autre Europe possible ?

Face à ces choix et aux périls qu'ils portent plus qu'en germes, l'auteur analyse aussi à la fois les discours anti-européens qui masquent en réalité les responsabilités de chacun des États qui composent l'Europe, et ce qu'il qualifie de « vraies fausses solutions », telles que la sortie de l'Euro que proposent les nationalistes.

Puis il propose des pistes d'alternatives autour de quatre dossiers urgents pour une autre Europe : les « déséquilibres sociaux nourris par un monde de plus en pus inégalitaire », le changement climatique, les tensions guerrières qu'alimente la reprise de la course aux armements, et « l'immigration et la crise de l'accueil dans les grands pays développés ».

Libérons l'Europe. Le national-libéralisme au bout du « modèle » Bruno Odent. Éditions du Croquant, 2019, 15 euros.