-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
INDUSTRIE

Arjowiggins : le gouvernement veut « faire la lumière » sur la gestion du groupe Sequana

3 avril 2019 | Mise à jour le 3 avril 2019
Par
La secrétaire d'État à l'Économie Agnès Pannier-Runacher a affirmé mercredi qu'il fallait « faire la lumière sur la façon dont a été gérée Sequana », après la liquidation judiciaire d'un site d'Arjowiggins, filiale du groupe papetier, qui employait 580 salariés dans la Sarthe.

« Oui, vous avez raison, il faut faire la lumière sur la façon dont a été gérée Sequana », a déclaré Mme Pannier-Runacher à l'Assemblée nationale, en réponse à une question de la députée LREM de la Sarthe Pascale Fontenel-Personne.

La secrétaire d'État a souligné que « l'État s'était engagé depuis plusieurs années aux côtés de cette entreprise ».

« Les 200 millions d'euros publics engagés par la BPI et l'État ont été consacrés à absorber les pertes opérationnelles des sites d'Arjowiggins et uniquement à ça, pour faire face à un contexte de marché particulièrement difficile », a-t-elle ajouté.

La banque publique Bpifrance est actionnaire de Sequana à hauteur de 15,4 % du capital et détient 17,2 % des droits de vote.

La secrétaire d'État a assuré que l'État restait « prêt (…) à regarder et soutenir toute opération crédible de reprise si des financements sont trouvés », après avoir contribué à réunir 25 millions d'argent public pour aider à la recherche d'un repreneur.

Mme Pannier-Runacher a ajouté que le gouvernement travaillait « avec la région pour identifier et accompagner des projets de réindustrialisation du bassin ».

Elle a en outre rappelé que la reconversion des salariés du site en liquidation de Bessé-sur-Braye, dans le sud de la Sarthe, serait accompagnée par « d'importants moyens » avec une cellule d'appui et le maintien de 95 % du salaire.

Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé vendredi dernier la liquidation judiciaire d'Arjowiggins Papiers Couchés à Bessé-sur-Braye, qui emploie 580 personnes, et la cession partielle d'une autre usine sarthoise, celle du Bourray (270 emplois), à Saint-Mars-La-Brière près du Mans.