Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Renault

Fermeture de sites Renault en France : « impensable! » pour Philippe Martinez

20 mai 2020 | Mise à jour le 20 mai 2020
Par et

Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a jugé mercredi « impensable » que la direction de Renault veuille fermer quatre sites en France, comme l'écrit Le Canard enchaîné, alors que le gouvernement « veut réindustrialiser le pays ».

« Quand on veut réindustrialiser le pays, c'est impensable ! », a-t-il réagi sur RTL, invitant la direction à plutôt changer « la stratégie » du constructeur automobile.

Renault « a besoin de reproduire des Renault en France et retravailler sur l'emploi en France. La situation de Renault n'est pas due à la crise sanitaire. Elle est due à des années de gouvernance de Carlos Ghosn (l'ancien PDG, NDLR), qui a été érigé comme un dieu pendant des années et on voit les conséquences de sa stratégie. C'est cette stratégie qu'il faut changer ».

« Est-ce que les 5 milliards que le gouvernement s'apprête à prêter à Renault vont servir à restructurer l'entreprise ? C'est un gros problème », a ajouté le dirigeant syndical.

Le constructeur automobile français envisagerait de fermer quatre sites en France — Flins, Dieppe, Choisy-le-Roi et les Fonderies de Bretagne —, dans le cadre d'un vaste plan d'économie qui doit être annoncé le 29 mai, selon l'hebdomadaire satirique.

L'État français, premier actionnaire de Renault avec 15 % du capital, prévoit de garantir un prêt bancaire d'environ 5 milliards d'euros pour le constructeur.