-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
INDUSTRIE

Fonderies: la CGT réclame "un moratoire des restructurations"

5 mai 2021 | Mise à jour le 5 mai 2021
Par

La fédération CGT de la métallurgie souhaite « un moratoire des restructurations » des fonderies et a « réitéré » mardi 4 mai à Bercy sa demande d’une table ronde sur la filière automobile réunissant « tous les acteurs » du secteur, a-t-on appris auprès du syndicat.

« Il faut un moratoire des restructurations » des fonderies et « porter de véritables alternatives, avec les régions, la population, le gouvernement, les organisations syndicales, les salariés » , a déclaré le secrétaire général de la CGT-Métallurgie, Frédéric Sanchez, devant des journalistes, alors que se tenait au ministère de l'Économie une réunion de suivi sur la situation de la filière automobile.

Lors de cette réunion, le représentant de la CGT, Nail Yalcin, a « demandé la tenue d’une table ronde » , mais « n’a pas obtenu satisfaction » , a-t-il indiqué à l’AFP. La CGT-Métallurgie souhaite cette « table ronde pour aborder les vrais sujets, pas uniquement l’injection d’argent » , ce qui « ne suffit pas » , a expliqué Frédéric Sanchez.

Pour le responsable de la CGT-Métallurgie, « on a un besoin urgent d’une table ronde avec tous les acteurs de la filière » automobile, l’État, les partenaires sociaux, les collectivités locales, afin de « réellement porter de véritables propositions« , comme « le contrôle » de l’utilisation des aides publiques, la « relocalisation des activités » , la production de véhicules « sur le territoire national » .

Concernant les fonderies en difficultés, « un moratoire des restructurations, des plans de licenciement, permettrait d’avoir quelque temps devant nous pour travailler sur d’éventuels repreneurs » , a souligné Frédéric Sanchez. « Il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités » , a-t-il insisté.

Le gouvernement dit avoir « limité la casse » dans les fonderies et « pense avoir fait le travail » , mais « son travail va se traduire par des pertes conséquentes d'emplois sur les sites de la SAM, des Fonderies de Bretagne, des Fonderies du Poitou et sur la MBF dans le Jura, et d’autres fonderies sont fortement impactées » , a-t-il énuméré, en dénonçant « un État spectateur« .

« On ne va pas se satisfaire de (cette) réponse » du gouvernement, a-t-il protesté, en pointant « les premiers responsables, Renault et PSA » , ainsi que « les repreneurs qui ne tiennent pas leurs engagements » et « les grands sous-traitants » , comme « Faurecia, Valeo ».

« Les fonderies ont un avenir en France » et « considérer aujourd’hui que c’est la fin du moteur thermique » dans l’automobile et que « tout va passer à l’électrique dans les deux-trois prochaines années, c’est une aberration » , a-t-il jugé.