Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
RETRAITES

Pour la CGT, la réforme Delevoye est un « projet de régression sociale »

18 juillet 2019 | Mise à jour le 19 juillet 2019
Par et
Réagissant aux préconisations que Jean-Paul Delevoye a remis ce jeudi au Premier ministre Édouard Philippe, la CGT dénonce un « projet de régression sociale », « injuste et individualiste ». La Confédération, ainsi que FO, appelle à une mobilisation à partir de septembre.

Inciter « au prolongement de l’activité » avec un « âge d’équilibre » de départ à la retraite assorti d’un dispositif de décote/surcote : le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a dévoilé jeudi ses préconisations pour le futur dit « universel » promis par Emmanuel Macron. Dans un communiqué publié dans la foulée, la CGT dénonce un « projet de régression sociale ».

Avec le système à points voulu par le gouvernement, « les pensions vont chuter de 10 à 30 % » en raison de la prise en compte des mauvaises années et non plus les seules meilleures années comme c’est le cas actuellement. La CGT pointe le fait que « les pensions ne seront plus déterminées en référence aux salaires mais dépendront de la situation économique du pays. En cas de récession économique ou d'explosion du nombre de départs à la retraite, le point baissera et la pension sera plus faible. »

En Allemagne ou en Suède où un tel système existe, le montant des retraites a baissé fortement et rapidement (92% des Suédoises ont déjà perdu).
Communiqué de la CGT

De son côté, le secrétaire général de FO, Yves Veyrier, dénonce également une réforme qui « imposera » de « travailler plus longtemps. »

Le MEDEF satisfait

« Le MEDEF soutiendra les grands principes de cette réforme », mais sera « vigilant » sur la gouvernance du nouveau régime, a indiqué le président de l’organisation patronale, Geoffroy Roux de Bézieux.

De son côté, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger s’est félicité que le rapport Delevoye « prouve que la mise en place d’un système universel est possible » mais a toutefois jugé « totalement stupide de fixer un âge de liquidation de la retraite complète à 64 ans ».

La CGT veut mobiliser à la rentrée

À l’inverse des intentions du gouvernement, la CGT préconise notamment d’« augmenter les financements assis sur les cotisations sociales » afin de garantir la pérennité et le montant des pensions. La Confédération a dors et déjà annoncé une mobilisation le 24 septembre prochain contre le projet de réforme.