-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
RETRAITES

Rassemblement à Paris pour la défense des retraités, « masqués mais pas bâillonnés »

2 avril 2021 | Mise à jour le 2 avril 2021
Par
« Les retraités sont masqués, mais pas bâillonnés ! » : environ 200 personnes se sont rassemblées à Paris mercredi à l'appel de neuf organisations syndicales et associations de retraités pour réclamer une augmentation des pensions et des vaccins pour tous.

« Nous constatons une érosion des pensions du fait d'une revalorisation insuffisante », a expliqué à l'AFP Didier Hotte (UCR-FO), qui s'est également dit inquiet « des conditions d'accès aux vaccins » et de la « discrimination vis-à-vis des retraités » à qui on prête un peu trop facilement « une belle vie ».

« Nous réclamons une augmentation de 100 euros dès maintenant et d'aller urgemment jusqu'à 300 euros », a détaillé au micro Marc Bastide (UCR-CGT), installé face au ministère de la Santé.

« Baisse des pensions ? Hausse des tensions ! », « Ça suffit la misère », « Vaccins pour toutes et pour tous », « Les retraités ne sont pas des nantis », pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.

Outre l'augmentation des pensions, CGT, FO, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC, Ensemble et solidaires, FGR-FP et LSR, à l'origine de cette journée de rassemblements en France, réclament « des services publics qui répondent aux besoins de toutes et tous, avec le maintien des guichets et des accueils physiques dans les administrations, et particulièrement dans le domaine de la santé, de l'action sociale, des transports et du logement ».

Ces organisations dénoncent aussi « l'âgisme, l'incitation à opposer les générations entre elles ».

Elles soulignent la nécessité d'une réelle prise en charge de la perte d'autonomie, qui « doit être reconnue dans la branche maladie de la Sécurité sociale avec un financement par les cotisations sociales ». Une « loi que l'on ne voit jamais venir », regrette Didier Hotte.