-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
SALAIRE

Fonction publique : les "derniers oubliés du Ségur" montent au créneau

12 avril 2022 | Mise à jour le 12 avril 2022
Par et
Conseillers d’insertion et de probation, employés de structures spécialisées dans le handicap ou la protection de l’enfance : des agents publics qui s’estiment  » oubliés «  de la dernière mouture du Ségur de la santé réclament des revalorisations salariales au gouvernement.

La brouille remonte au 18 février. En clôture de la conférence sur les métiers de l’accompagnement social et médico-social, le Premier ministre Jean Castex annonce une « revalorisation de 183 euros nets par mois aux professionnels de la filière socio-éducative » , cofinancée par les départements.

La mesure, qui concerne notamment « 30.000 personnels sous statut de la fonction publique » , doit rétablir l’« équité avec les personnels soignants » qui ont bénéficié d’augmentations similaires lors du Ségur de la santé en 2020.

Mais alors que les 183 euros devaient commencer à être versés en avril, plusieurs catégories d’agents publics se plaignent d’être exclus du dispositif. C’est le cas du service pénitentiaire d'insertion et de probation (Spip), soutenu par la CGT IP.

Iniquité

Pour tenter d’infléchir la position de l’exécutif, l'intersyndicale CGT Insertion Probation et l’UFAP Unsa Justice ont appelé jeudi 7 avril à la mobilisation dans les Spip. « On n'a pas le droit de grève donc c'étaient des manifestations à l'intérieur, souvent sur les temps de pause. Ça a été assez ludique : des petits-déjeuners collectifs, des affichages de pancartes » , détaille Julien Magnier, secrétaire national de la CGT IP.

En leur qualité de « travailleurs sociaux du ministère de la Justice » , ces agents de la fonction publique d’Etat estiment relever pleinement de la filière socio-éducative concernée par les revalorisations, expliquent la CGT IP et l’Ufap Unsa Justice dans un communiqué.

Décision du gouvernement

Les augmentations sont accordées selon « une logique de métier plutôt que de statut », justifie Matignon auprès de l’AFP. « On se concentre sur l'activité socio-éducative, sur les gens qui sont au contact des personnes » prises en charge dans les structures médicales et médico-sociales, précisent les services du Premier ministre. Un argument qui pourrait en théorie inclure les près de 6.300 agents du Spip dans le périmètre du dispositif.

Mais « le gouvernement ne semble pas du même avis et les arbitrages interministériels s'évertuent à écarter l'ensemble des personnels de cette revalorisation » , regrettent les deux syndicats. Et le mardi 5 avril, le gouvernement a finalement arbitré en réunion interministérielle qu'aucun corps de l'administration pénitentiaire ne serait concerné par le dispositif du CTI de 183 euros dans un communiqué.