-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Mai-juin 68

Mai 68 par ceux qui l’ont vécu : « Notre grève était dirigée par des femmes »

10 mai 2018 | Mise à jour le 27 avril 2018
Par
Mai 68 par ceux qui l’ont vécu : « Notre grève était dirigée par des femmes »

Paulette Dayan, militante CGT aux services financiers de la Poste, à Paris, dirigeante de la fédération CGT des postes et télécommunications, membre de la CE confédérale en 1968.

Comment la grève débute-t-elle aux centres financiers 
de la Poste ?

Les services financiers de la poste en 68, c'est plus 
de 10 000 personnes à Paris, plusieurs dizaines de 
milliers en France. À plus de 95 %, le personnel y était 
féminin. J'étais chargée par ma fédération de coordonner l'activité syndicale des dix-huit régions françaises.

La grève débute le 18 mai. Les hommes, très minoritaires 
dans le service, travaillaient la nuit et ont occupé le site. 
Le 19, l'ensemble des travailleurs (femmes et hommes) votent 
à main levée la grève et la poursuite de l'occupation, 
qui seront reconduites tous les jours jusqu'au 6 juin. En France, dans les services financiers des postes, il y a environ 80 % de grévistes, comme à Paris

Quelles étaient vos revendications spécifiques de femmes grévistes ?

Le fil rouge de notre activité syndicale depuis la Libération, 
c'était le droit au travail des femmes et notre reconnaissance comme salariées à part entière, contre la mentalité selon laquelle le salaire des femmes était un salaire d'« d'appoint ». Nous revendiquions la réduction du temps de travail à 35 heures en 5 jours et 2 jours de repos consécutifs, et tout ce qui concerne la santé au travail. Nos conditions de travail étaient particulièrement pénibles après l'arrivée des ordinateurs au début des années 1960 : le travail s'apparentait à un travail à la chaîne pour celles qui bossaient au service caisse. Nous avons aussi exigé 3 jours pour garde d'enfant malade, l'allongement du congé maternité, 
la réversibilité de la retraite sur le conjoint, et l'ouverture 
de tous les emplois aux femmes, car les boulots qualifiés 
ou de chefs étaient réservés aux hommes.

Comment se sont passées ces trois semaines de grève, puis la reprise ? Qu'avez-vous obtenu ?

La grève a été dure mais joyeuse, menée en intersyndicale 
CGT/CFDT/FO. (La CGT était le syndicat le plus représentatif 
avec 44 %). Notre grève était dirigée par des femmes. Nous avons veillé à ce qu'il n'y ait pas de représailles contre les chefs (hommes) qui avaient fait subir des humiliations aux femmes pendant 
des années. La grève libère aussi des pulsions de vengeance et 
on peut le comprendre, vu ce que nous avions supporté.

La reprise ne s'est pas faite partout en même temps, car d'un centre à un autre il y avait des particularités, des revendications spécifiques des travailleuses. Mais nous avons décidé 
en intersyndicale de reprendre le boulot, car les avancées 
étaient conséquentes : reconnaissance du syndicalisme 
et affirmation de notre dignité de femmes au travail.

Par ailleurs, ce qui avait été arraché à Rouen grâce à un conflit mémorable au début des années 1960, soit 36 heures 30 
et un samedi libre sur deux, s'est généralisé aux dix-huit centres. Nous gagnions aussi six jours de congé pour enfant malade 
et des augmentations générales de salaires. Je garde de 68 le souvenir d'un extraordinaire moment de joie 
et de bonheur. Pour moi c'était en quelque sorte un premier aboutissement des nombreuses luttes menées précédemment.

Numéro spécial de la NVOComprendre 1968 – Agir en 2018
? lire le magazine

Acheter le magazine :
Retrouvez les témoignages et des articles sur Mai 68
Vendu avec 2 fac-similés de la Vie Ouvrière de l'époque