-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Féminisme

À la veille du 8 mars, la CGT a consacré une journée d’étude au féminisme

6 mars 2020 | Mise à jour le 6 mars 2020
Par | Photo(s) : T. Markoff
À la veille du 8 mars, la CGT a consacré une journée d’étude au féminisme

Trois jours avant la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, la CGT a consacré une journée d'étude au féminisme, le 5 mars.

Préparation de la journée du 8 mars, conséquences de la réforme des retraites pour les femmes, campagne de ratification de la norme OIT sur les violences sexistes et sexuelles, sortie du livre Féministe, la CGT ? Comment combattre les violences sexistes et sexuelles au travail ? Comment encourager la syndicalisation et la prise de responsabilités des femmes à la CGT ? Quel bilan et quelles actions possibles autour de l'index égalité salariale ?

Toutes ces questions étaient au cœur de la journée d'étude organisée le 5 mars, au siège de la CGT, à Montreuil, en amont de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes qui se tiendra dimanche prochain. Parmi plus d'une centaine de militants CGT venus de tous horizons plancher sur ces questions, deux syndicalistes ont accepté de témoigner, des raisons de leur participation à cette journée de formation et des actions revendicatives menées sur le terrain.

Olivier Villois, secrétaire national de la CGT des finances publiques, nous a expliqué pourquoi la Commission exécutive de sa fédération a décidé d'engager ses quarante membres à venir participer à cette journée.

Flaz Torres, de la CGT du personnel du Conseil régional IDF nous a détaillé la campagne pour pointer le problème des violences sexistes menée par la CGT au sein du Conseil régional d'Île-de-France.

Avant d'en appeler à un grand 8 mars dans le sillon des mobilisations contre la réforme des retraites à points dont les femmes sont les grandes perdantes, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a martelé en guise de conclusion qu'il était « inacceptable que dans la vie comme dans la CGT, il y ait encore du harcèlement, des violences faites aux femmes ou pire ».