-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
SOCIAL

Au large de Groix, des marins en danger

5 décembre 2023 | Mise à jour le 5 décembre 2023
Par | Photo(s) : Romain Gruffaz / Maxppp
Au large de Groix, des marins en danger

Le Blue Sky III, brise-glace battant pavillon tanzanien, est amarré au large de Groix (56) depuis le vendredi 1er décembre 2023, à la suite d’une avarie moteur.

Depuis vendredi 1er décembre, neuf marins sont bloqués en mer, dans des conditions dantesques, à bord du Sky III, un navire en provenance de Rotterdam, en route pour Chypre, et victime d'une avarie moteur entre l'île de Groix et Lorient dans le Morbihan. Par Elodie Hertu.

 

Ce brise-glace de 1966, a changé maintes fois de pavillon de complaisance. Désormais, il arbore le pavillon tanzanien qui figure au 58e rang sur 66. « Ce pavillon» peu regardant, sous-entend un état d'embarcation peu fiable et une situation sociale peu acceptable. À bord de ce bateau « poubelle », les neuf marins de sept nationalités différentes, payés très « en deçà des niveaux internationaux décents », ne le sont plus du tout depuis des mois. C'est ce qui aurait poussé un premier équipage à immobiliser le bateau huit mois à Rotterdam. Cette situation que l'on préférait isolée ne l'est pas, selon Jean-Paul Hellequin, militant CGT et président de l'association de défense des marins, Mor Glaz. Selon lui, « la situation sociale des marins se dégrade. Elle n'intéresse pas. Pourtant en 2021, le transport maritime, c'était 16 milliards de tonnes d'échanges et 1,8 million de marins recensés », rappelle-t-il.

Conditions de vie dégradées

Lundi 4 décembre, la CGT des marins du Grand Ouest a alerté les autorités maritimes après que les marins ont contacté l'inspectrice de l'ITF (International Transport Workers’ Federation), Laure Tallonneau ; preuve que la situation est grave car « c'est très rare que des marins se plaignent. Ils craignent pour leur sécurité, veulent être payés et débarquer ». Vidéos et témoignages à l'appui, elle a pu prendre connaissance de conditions de vie très dégradées : eau et nourriture rationnées, équipements de sécurité chaussures et autres hors d'usage, odeurs d'huile et de fioul insupportables, etc. Lundi, trois marins devaient débarquer mais en raison de la météo la pilotine qui les ramener à terre été annulée. Après cet épisode, les militants ont eu vent d'une bagarre, entre les trois marins et le chef mécanicien. Sûrement des représailles. À bord, tout contribue à faire monter la tension. Un élément psychologique qui aggrave d'autant plus la situation du bateau qui, pour des raisons évidentes de sécurité et de navigabilité, ne devrait plus circuler. « C'est inconscient de la part du port de Rotterdam de l'avoir laissé partir », s'inquiète Laure Tallonneau.

Personne ne doute que la misère sociale règne sur ces bateaux

Mais qui est responsable maintenant ? Nous naviguons en eaux troubles, les lois nationales et internationales se percutent. Pour Jean-Paul Hellequin, « on complique les règles pour qu'elles ne soient jamais appliquées ». Juridiquement la Tanzanie semblerait avoir un pouvoir de sanction mais, selon Laure Tallonneau, « le préfet maritime est responsable de la sécurité des marins dans les eaux territoriales ». Cependant, « après échange avec le capitaine, il estime qu'il n'y a pas encore d'urgence », déplorent les militants. « Il ne faut pas être naïf, le capitaine est le frère de l'armateur !», rapporte l'inspectrice. Alors qu'en est-il du « capitaine seul maître à bord » ? Jean-Paul Hellequin, prend l'exemple du naufrage de l'Erika en 1999, pour relativiser cet adage. Lui, embarquait sur le remorqueur, l'Abeille Flandre, à cette époque. « Selon le commandant le bateau a commencé à prendre de la gîte ; ce qui voulait dire : le pétrole et l'eau de mer se mélangent ». Puis « tout va bien à bord ! ». Alors pour lui, pas de doute, « la responsabilité du préfet est de s'assurer que la sécurité du bateau est réelle ». En réalité, personne ne doute que la misère sociale règne sur ces bateaux. Mais qui voudrait d'un bateau poubelle qui s'éternise dans son port ? Aussi, d'après Jean-Paul Hellequin, la France a réduit d'un tiers les effectifs des inspecteurs de navigation et les directives se sont assouplies.

L'armateur turco chypriote a prévu de venir réparer « cet engin flottant ». Des bricoles qui « ne changeront rien à l'état général ». Le laisser reprendre la mer participerait au dumping social et serait un pied de nez à l'environnement. De plus, compte tenu de la tension entre les marins, « il n'y aurait plus d'équipage », s'inquiète Jean-Paul Hellequin, bien placé pour savoir que la sérénité est gage de sécurité à bord. Il faut donc que le bateau fasse l'objet d'une inspection complète et que les marins soient payés.