Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

60%des citoyens souhaitent le retrait du projet gouvernemental de réforme de notre système de retraite

5 mars 2020 | Mise à jour le 5 mars 2020
Par | Rédactrice en chef adjointe de la NVO

La décision gouvernementale de faire l'impasse sur le débat démocratique pour imposer sa réforme des retraites en faisant usage du 49.3 n'entame pas la détermination de la majorité des citoyens, qui la refusent toujours majoritairement. Loin s'en faut, même, selon la dernière enquête réalisée les 2 et 3 mars par Yougov pour Le Huffpost : 60% des citoyens continuent de souhaiter le retrait du projet gouvernemental soit, selon le journal, 9 points de plus que lors de l'enquête du mois précédent. Après l'annonce d'Édouard Philippe, ils ne sont plus que 28% des sondés à soutenir le gouvernement et ne pas vouloir l'abandon du texte contre 35% à soutenir le gouvernement un mois plus tôt.

Les jeunes et les femmes disent majoritairement non

Parmi ceux qui « ne soutiennent pas » le projet, on compte à 60% les jeunes de 18-34 ans. Ils sont de fait les plus massivement concernés. Non seulement par le texte de la réforme en tant que tel, mais aussi du fait de la précarité qui les affecte notamment en début de vie professionnelle, ce qui les condamne à la double peine, pendant leur vie active puis à la retraite.
Quant aux femmes, 62% veulent le retrait du texte, indique également l'enquête. La propagande gouvernementale sur les droits supplémentaires qu'elles obtiendraient avec la réforme n'a donc visiblement pas pris, au regard de la réalité du texte.

72% des Français préoccupés

Davantage de citoyens se disent aussi inquiets quant à l'avenir de leurs retraites. De 68% en février, la proportion est passée à 72%. Là encore, la propagande gouvernementale n'a donc pas fonctionné.