Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Coronavirus

Déconfinement : Édouard Philippe dévoile son plan

28 avril 2020 | Mise à jour le 6 mai 2020
Par
Déconfinement : Édouard Philippe dévoile son plan

French Prime Minister Edouard Philippe delivers a speech as he presents the government's plan to exit from the lockdown situation at the French National Assembly in Paris on April 28, 2020, on the 43rd day of a lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - France on April 28 unveils how it intends to progressively lift a six-week lockdown credited with checking the coronavirus outbreak. The French prime minister's address will be followed by a debate and a vote, with just 75 of the 577 lawmakers allowed into the National Assembly in line with social distancing measures. The rest will vote by proxy (Photo by

Voici les principaux points de l'allocution du Premier ministre Édouard Philippe sur les modalités du déconfinement mardi 28 avril à l'Assemblée.

Dans un long discours devant un hémicycle clairsemé en raison du confinement Édouard Philippe a présenté mardi 28 avril la stratégie nationale de déconfinement aux députés. Il a d'abord mis en garde contre « le risque de l'écroulement » de l'économie si le déconfinement n'était pas mis en œuvre « progressivement, prudemment ».

« Nous sentons que l'arrêt prolongé de la production de pans entiers de notre économie, que la perturbation durable de la scolarisation d'un grand nombre d'enfants et d'adolescents, que l'interruption des investissements publics ou privés, que la fermeture prolongée des frontières, que l'extrême limitation de la liberté d'aller et venir (…), présenteraient pour le pays, non pas seulement l'inconvénient pénible du confinement, mais en vérité celui, bien plus terrible, du risque de l'écroulement », a déclaré le Premier ministre.

Agenda

« Si tout est prêt le 11 mai », a-t-il souligné, « alors commencera une phase qui durera jusqu'au 2 juin. Elle permettra de vérifier que les mesures mises en œuvre permettent de maîtriser l'épidémie. Et d'apprécier, en fonction de son évolution, les mesures à prendre pour la phase suivante qui débutera ce 2 juin et qui ira jusqu'à l'été ».

Mais « si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai », a-t-il prévenu, ou alors « plus strictement ».

Après une première phase de déconfinement le 11 mai, une nouvelle étape s'ouvrira le 2 juin pour trois semaines, avec de nouvelles mesures qui dépendront du niveau de l'épidémie.

« Je donne rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l'organisation des cafés, des restaurants, des vacances », a expliqué le Premier ministre.

Masques

« Il y aura assez de masques dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai », a déclaré le Premier ministre, avec « près de 100 millions de masques chirurgicaux » reçus par semaine et « près de 20 millions de masques grand public lavables ».

Entreprises et collectivités devront aussi « équiper leurs salariés ».

L'État prendra en charge 50 % du coût des masques achetés par les collectivités « dans la limite d'un prix de référence », et les régions et l'État mettront en place « un appui aux TPE et aux travailleurs indépendants ».

Les préfets disposeront d'une « enveloppe locale pour soutenir les plus petites collectivités ». Les personnels de l'éducation et les élèves des collèges recevront également des masques.

« Une plateforme de e-commerce sera mise en place par la Poste à compter du 30 avril et distribuera à ceux qui en ont besoin chaque semaine plusieurs millions de masques grand public ».

« Une enveloppe hebdomadaire de 5 millions de masques lavables » permettra aux préfets d'organiser « la distribution de masques à nos concitoyens les plus précaires ».

Tests

Le Premier ministre veut faire tester massivement les personnes présentant des symptômes du Covid-19, grâce à « au moins 700 000 tests virologiques par semaine au 11 mai ».

« Dès lors qu'une personne aura été testé positive, nous engagerons un travail d'identification et le test de tous ceux, symptomatiques ou non, qui auront eu un contact rapproché avec elle », et qui seront à leur tour « testés » et « invités à s'isoler ».

Dans chaque département, « des brigades » seront chargées d'identifier les cas contacts, « de les inviter à se faire tester » puis de « vérifier que ces tests ont bien eu lieu ».

Isolement

Les personnes testées positives seront invitées à s'isoler soit chez elles, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant 14 jours ou dans un lieu mis à disposition, notamment des hôtels réquisitionnés.

Le gouvernement prévoit « des dispositifs de contrôle, s'ils devaient être nécessaires, mais notre objectif est de nous reposer largement sur le civisme de chacun ».

Adaptations locales

Le déconfinement sera différencié le 11 mai entre les départements « verts », où il sera appliqué largement, et « rouges », où il prendra une forme plus stricte.

Les départements « rouges » seront soit ceux qui auront un « taux de cas nouveaux dans la population sur une période de 7 jours, (qui) reste élevé », soit ceux qui ont « des capacités hospitalières régionales en réanimation (…) tendues », soit ceux qui ont un « système local de tests et de détection des cas contacts pas suffisamment prêt ».

Éducation

Les maternelles et écoles primaires rouvriront très progressivement à partir du 11 mai sur la base du volontariat.

Les collèges rouvriront progressivement à partir du 18 mai, en commençant par les 6e et 5e, mais uniquement dans les départements peu touchés par la maladie. Le port du masque sera obligatoire pour les professeurs et les collégiens.

Les lycées en revanche resteront fermés. Une décision sera prise fin mai sur leur réouverture ou non en juin, en commençant par les lycées professionnels.

Commerces

Tous les commerces, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir à compter du 11 mai, mais avec des mesures de protection sanitaire, notamment le port du masque, recommandé pour le personnel et les clients si la distanciation est impossible.

Les préfets pourront néanmoins maintenir fermés les centres commerciaux de plus de 40 000 m2. Le gouvernement prendra une décision sur les bars, cafés et restaurants fin mai, pour décider s'ils peuvent ouvrir après le 2 juin.

Transports et déplacements

Il sera possible de circuler sans attestation à partir du 11 mai jusqu'à 100 km du domicile. Les déplacements plus lointains ne seront possibles que pour « un motif impérieux, familial ou professionnel ».

Le port du masque sera obligatoire pour tous les passagers dans les transports publics pendant les trois semaines suivant le 11 mai.

La capacité des transports publics va également être drastiquement réduite pendant au moins les trois semaines suivant la fin du confinement le 11 mai, afin de respecter la distanciation sociale. « Cela veut dire, par exemple, que la capacité du métro parisien sera (…) drastiquement réduite par rapport à sa capacité normale. Qu'il faudra (…) condamner un siège sur deux, favoriser, par des marquages au sol, la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d'affluence ».

À partir du 11 mai, les déplacements interdépartementaux ou interrégionaux seront réduits « aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus ».

« Nous allons continuer à réduire l'offre, à exiger une réservation obligatoire dans tous les trains — TGV ou non —, à décourager les déplacements entre départements », a-t-il dit, précisant notamment que les Français ne devront pas quitter leur département lors du pont de l'Ascension.

Rassemblements

Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à « 10 personnes », à partir du 11 mai pour le début du déconfinement progressif.

Loisirs et sports

La saison 2019-2020 de football et des autres sports professionnels ne reprendra pas.

Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements « verts ». Les plages resteront inaccessibles au public au moins jusqu'au 1er juin.

Les médiathèques, les bibliothèques et petits musées « pourront rouvrir leurs portes dès le 11 mai », mais pas les grands musées, les cinémas, les théâtres et les salles de concert, ni « les salles des fêtes, les salles polyvalentes qui resteront fermées jusqu'au 1er juin ».

Les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les évènements qui regroupent plus de 5 000 participants « ne pourront se tenir avant le mois de septembre ».

Traçage numérique

Le Premier ministre a reconnu que les questions autour de l'application Stop-Covid, notamment « en termes de libertés » étaient « fondées », mais le débat « prématuré », « compte tenu des incertitudes sur cette application. “Lorsque l'application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en œuvre, nous organiserons un débat spécifique, suivi d'un vote spécifique”.