Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
CINÉMA

Rencontre avec Ken Loach pour son film We Missed You

22 octobre 2019 | Mise à jour le 14 novembre 2019
Par
Rencontre avec Ken Loach pour son film We Missed You

Après Moi, Daniel Blake, où il disséquait le cynisme et les aberrations du système de protection sociale britannique, Ken Loach n'en avait pas fini avec sa critique du monde libéral. Le réalisateur nous a accordé un entretien. Retrouvez notre critique.

 

Ken Loach s'attaque ici à l'ubérisation de l'économie, celle qui, un peu comme au casino, promet rapidement beaucoup d'argent et une totale liberté aux travailleurs tentés par le pari de l'auto-entreprenariat. Sauf que la plupart du temps, elle les saigne au travail jusqu'à les laisser sur le carreau. Derrière le mirage du modèle économique low-cost, une armée de travailleurs précaires qui n'ont d'autre statut que celui de variable d'ajustement se débattent pour avoir une vie, une famille.

Sorry we missed you fait le portrait de l'une d'entre elles ; les parents sont tous deux dans l'emploi, ils décident de saisir l'opportunité promise afin de réaliser leur rêve : solder leurs dettes et enfin s'offrir leur propre maison, celle qu'ils auraient dû pouvoir s'acheter une dizaine d'années auparavant si la banque n'avait pas fait faillite.

Ils acceptent les sacrifices, s'accrochent, se serrent les coudes pour y arriver mais s'épuisent dans leur effort et brillent par leur absence auprès de leurs gosses, livrés à eux-mêmes. Ken Loach fait ici ce qu'il sait faire de mieux, un vrai film sensible avec un scénario en forme d'engrenage, une direction d'acteurs époustouflante et un sens du rythme digne d'un match de boxe. Dont on sort sonné et indigné.

Sorry we missed youKen Loach, 1 h 40. Sortie nationale le 23 octobre.