Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
SANTÉ

Manifestation à Lille de travailleurs sociaux des départements contre les « coupes budgétaires »

11 décembre 2018 | Mise à jour le 11 décembre 2018
Par
Entre 850 et 3 000 travailleurs sociaux employés par les départements, selon les sources, ont manifesté mardi après-midi dans Lille pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail.

Le cortège — 850 personnes selon la préfecture, 3 000 d'après les organisateurs — est parti de la place de la République, en face de la préfecture de région, pour rallier le siège du département du Nord.

Il était ouvert par des salariés drapés dans une couverture de survie, doublement symbolique d'une activité précisément « en survie » et du rôle de « protection » qu'ils sont censés assurer.

« Jean René Lecerf, président de la galère, on vient te chercher chez toi ! », ont chanté les manifestants, majoritairement du Nord, mais aussi de Bretagne, d'Île-de-France ou des Pays-de-Loire, à l'attention du président du conseil départemental.

« Dans tous les départements, il y a des coupes budgétaires, on ne cesse de fermer les robinets, avec à la clé des licenciements ou même des fermetures d'associations. Dans le Nord, par exemple, deux clubs de prévention à Lomme et Lambersart vont fermer », déplore Annie Masse, secrétaire générale du syndicat Sud Santé Sociaux du Nord.

« Depuis plusieurs années, on subit des restrictions budgétaires assez importantes ayant un impact direct sur nos conditions de travail et sur la prise en charge des jeunes. On vient exprimer notre ras-le-bol », explique aussi Nordine, 50 ans, éducateur dans le Nord depuis 25 ans.

« On constate des fermetures de services, et la suppression de 700 lits en internat dans le département, si bien que des placements ordonnés par des juges pour enfant demeurent sans effet. Du coup, ils restent dans leur famille, alors que leur moralité et leur sécurité sont compromises. Tout ceci se traduit aussi par des souffrances au travail », a-t-il ajouté.