-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
SALAIRE

Les agents de la Sécurité sociale maintiennent la pression pour les salaires

22 janvier 2022 | Mise à jour le 22 janvier 2022
Par
Les agents de la Sécurité sociale maintiennent la pression pour les salaires

Rassemblement Organismes Sociaux CGT et Intersyndicale devant le siège de l'UCANSS , pour l'augmentation du point d'indice, Montreuil 13 dec 2021

Le 18 janvier 2022, les fédérations CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC et SUD Protection sociale ont organisé une nouvelle mobilisation dans les caisses de Sécu (CPAM, CAF, URSSAF, CARSAT) du régime général pour le relèvement du point d'indice. Une prochaine négociation est programmée le 17 février 2022.
« Dans la continuité de l'action unitaire du 13 décembre 2021, nous venons d'avoir une deuxième importante journée de mobilisation ce 18 janvier 2022. Nous n'avons pas encore toutes les remontées, mais nous avons connaissance de mobilisations extrêmement importantes comme à la CPAM du Havre avec 49% de grévistes ou celle de Loire-Atlantique avec 44% » se réjouit Denis Lalys, secrétaire général de la CGT des organismes sociaux.
En effet, après le succès de la grève nationale du 13 décembre 2021, et le rassemblement régional qui s'était tenu devant l'UCANSS au moment de la négociation, les fédérations syndicales ont décidé de réitérer une mobilisation, cette fois au sein de chacune des différentes caisses de Sécu (CPAM, CAF, URSSAF, CARSAT) et les établissements de Santé UGECAM.

Le compte n'y est pas

Le 18 janvier 2022, c'est donc sous la surveillance des salariés que s'est tenue la seconde réunion paritaire nationale (RPN) où les syndicats réclament une augmentation du point d'indice à 10 euros (contre environ 7 actuellement). Face à la pression montante, l'employeur est venu avec une mesure « bas salaires », une enveloppe permettant de relever très légèrement les niveaux 1 et 2 au-dessus du Smic. « Sur les 151 193 employés et cadres de la Sécurité sociale (CCD et CDI), 21,51% seraient bénéficiaire de la mesure « bas salaires » soit 32 527 agents (23 360 CDI et 9 167 CDD) » s'insurge la fédération CGT. « Toujours rien, pas un centime pour les 83,45% du personnel restant. » L'ensemble des syndicats, sans contester la nécessité d'augmenter les bas salaires, ont réclamé donc une enveloppe supplémentaire.

Prochaine étape : le 27 janvier 2022

« La direction reste sur sa position d'un coup de pouce sur les coefficients inférieurs au Smic pour les remettre au Smic, mais il n'y a aucune augmentation de la valeur du point. » constate encore Denis Lalys. Pour le dirigeant de la fédération une conclusion s'impose : « Sur les salaires, nous allons continuer mais ce n'est pas seulement avec les agents de la Sécu qu'on va gagner ». Dans le prolongement de cette analyse, la Commission exécutive de la fédération réunie le 20 janvier 2022 appelle à poursuivre l'action avec la journée interprofessionnelle d'action du 27 janvier 2022, celle avec les salariés de pôle emploi le 1er février et le 17 février 2022, date où a été annoncée une nouvelle réunion paritaire nationale sur les négociations salariales à la Sécu. Mais cela ne s'arrêtera pas là. La fédération appelle aussi à participer à l'action du 8 mars pour l'égalité salariale et à l'action programmée avec les retraités pour la revalorisation des pensions et retraites.