À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
GRANDE DISTRIBUTION

Les Carrefour Market font grève à Versailles contre leurs conditions de travail

21 juin 2019 | Mise à jour le 21 juin 2019
Par | Photo(s) : Samuel Boivin/AFP
Les Carrefour Market font grève à Versailles contre leurs conditions de travail

Des salariés de Carrefour market manifestaient avec les Gilets jaunes.

Elles ne veulent plus encaisser sans mot dire. Jeudi 20 juin 2019, une vingtaine de caissières ont fait grève devant leur magasin Carrefour Market à Versailles pour dénoncer des pratiques de management à la tête du client, des cadences accrues, une dégradation des conditions de travail.

« En trente ans de travail en caisse, j'ai vu notre quotidien se dégrader. On est en sous-effectifs, les clients attendent plus longtemps. Nos chaises sont pourries, on n'a pas de cale-pieds, pas de climatisation l'été. Cela fait trente ans que je travaille pour Carrefour, je n'ai jamais eu d'augmentation », témoigne la plus ancienne d'entre elles. Pour la majorité de ces invisibles, c'est la première fois qu'elles se mobilisent, entourées de militants de la CGT venus leur prêter main-forte.

À ce paisible carrefour bordé de maisons cossues, les clients s'arrêtent volontiers pour papoter avec elles et signer une pétition de soutien à l'entrée du magasin qui fait face au très prisé lycée privé Sainte-Geneviève.

Familles sacrifiées

Ouvertement en guerre contre leur hiérarchie, les grévistes, pour la plupart embauchées en CDI à 37,5 heures, exigent une organisation du travail qui permettent à toutes de concilier vie de famille et vie professionnelle. « Les plannings sont inéquitables. Moi par exemple, je fais la fermeture tous les soirs, je travaille les samedis et les dimanches matins. Et je n'ai pas trop le choix. La direction nous répond qu'on a qu'à changer de travail si on n'est pas content. Mais ma famille, mes amis, je les vois quand ? », tonne Soumia Sindesse, qui attend de signer son CDI après deux ans en CDD.

« J'habite à Poissy et je travaille essentiellement le soir. Quand je finis à 20 h 45, avec les transports en commun, je n'arrive pas chez moi avant 23 heures. À cette heure, mon mari dort, on ne se voit plus », témoigne Maria Mirabella Cosma, embauchée en contrat de professionnalisation, qui a peur que « son couple casse ». Paheerathy Sivanesan ne tient que dans l'espoir de pouvoir retrouver ses trois enfants, provisoirement placés.

« J'ai fait une demande de mutation pour me rapprocher de mon domicile, à Étampes. Actuellement, je ne fais que des fermetures, je termine à 20 h 45. Au mieux, j'arrive chez moi à 23heures et je travaille les samedis. Moralement, ce n'est plus possible. J'ai besoin de ce travail, mais comment récupérer la garde de mes enfants dans ces conditions ? »

Boucherie sociale

Pour l'heure, les employées de caisse à Versailles ont obtenu de leur direction locale une révision des plannings, l'embauche de 2,5 équivalents temps plein et du mobilier neuf. La CGT entend continuer la bataille, notamment celle des élections professionnelles en octobre 2019 qui vont voir la mise en place des nouveaux Comités sociaux et économiques.

Un enjeu de taille alors que la grande distribution connaît une boucherie sociale, avec à la clé des milliers de suppressions de postes. Le 15 mai 2019, Carrefour signait un accord de rupture conventionnelle collective prévoyant 3000 départs dans ses hypermarchés. Une saignée qui s'ajoute aux 4400 départs volontaires au siège social et dans les magasins de proximité.