-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
DÉPENDANCE

L’État veut susciter des vocations pour les métiers du Grand âge

17 janvier 2020 | Mise à jour le 17 janvier 2020
Par
La future loi sur le grand âge et l'autonomie voulue par Emmanuel Macron, c'est un peu comme la réforme des retraites : le gouvernement consulte tout le monde sauf les syndicats, accumule les rapports et entretient le flou. Le temps d'installer le projet présidentiel dans l'espace public. Chacun aspirant à vieillir chez soi, l'idée de favoriser le maintien à domicile est même très bien accueillie. Sans que personne ne sache comment le secteur du grand âge sera restructuré pour la mettre en œuvre. Le projet de loi qui devait être présenté en Conseil des ministres avant Noël a été déprogrammé pour, semblerait-il, être reporté à l'été.

Un contexte très dégradé

Si le gouvernement rappelle volontiers le défi démographique auquel le pays doit se préparer d'ici à 2050, il tergiverse face à l'enjeu financier que cela représente. Or, sur le terrain, les services d'aide et de soins à domicile et les établissements qui hébergent des personnes dépendantes (Ehpad) suffoquent déjà par manque de personnel. Une situation que les grèves de 2017 et 2018 ont mise en lumière. Réclamant « plus d'effectifs pour plus de dignité » les salariés dénonçaient le fait de ne plus pouvoir s'occuper correctement des personnes âgées.

Et c'est un cercle vicieux car sans moyens, pas de recrutements, aucune chance de voir le contexte s'améliorer ni les candidatures affluer. Taux d'accidents du travail et de maladies professionnelles (AT-MP) trois fois supérieur à la moyenne, niveaux de salaires conventionnels parfois inférieurs au Smic et taux de pauvreté de 17,5 % pour les aides à domicile (95 % de femmes) contre 6,5 % pour l'ensemble des salariés, pléthore de temps partiels subis et d'horaires fragmentés, etc.

Tel est le lot des métiers du grand âge et de l'autonomie. Sans surprise, les Ehpad battent des records de turn-over (15 %) et 81 % des établissements déclarent avoir des postes vacants alors que de nombreux départs à la retraite se profilent.

Rendre attractifs les métiers

Centré sur l'augmentation des effectifs dans les Ehpad, le rapport Libault (mars 2019) fixait comme première priorité d'« investir dans l'attractivité des métiers du grand âge, à domicile comme en établissement ». Le nerf de la guerre. Myriam El Khomri a été missionnée pour y réfléchir et a présenté, en octobre, un « plan de mobilisation nationale » sur cinq ans (2020-2024).

Outre un nouveau chiffrage des besoins en emplois, son rapport préconise une soixantaine de mesures pour améliorer les conditions de travail et revaloriser la rémunération ; moderniser les formations ; diminuer la « sinistralité » (accidents de travail et maladies professionnelles) ; innover pour transformer les organisations ; garantir la mobilisation des acteurs sur tout le territoire.

Concrètement, l'ex-ministre du Travail propose, par exemple, de remplacer le concours d'aide-soignant (- 25 % d'inscrits en 2017) par une inscription via Parcoursup, de définir un socle commun aux différentes conventions collectives ou encore d'instaurer un programme national de lutte contre la « sinistralité » ainsi que 4 heures mensuelles de temps collectifs entre professionnels pour améliorer la qualité de vie au travail.

Le 12 décembre, le rapport de la députée LREM Audrey Dufeu-Schubert est venu compléter ce travail. Consacré au rôle et à l'image des seniors, son rapport, « Réussir la transition démographique et lutter contre l'âgisme », est axé sur le « virage domiciliaire » porté par le gouvernement. Mais dans quelles conditions pour les personnes âgées et les salariés ? Dans l'immédiat, rien n'est prévu pour améliorer leur situation, la réforme des retraites faisant même fi de la pénibilité1 du travail pour les aides-soignants.