Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Réforme des retraites

Éboueurs : nouvelles tentatives de blocage des garages et centres de stockage

11 février 2020 | Mise à jour le 11 février 2020
Par et

Des salariés des garages de bennes à ordures et des centres de stockage des déchets de la Ville de Paris, opposés à la réforme des retraites, ont de nouveau tenté lundi de bloquer plusieurs de leurs établissements avant d'être délogés par la police, a-t-on appris de sources concordantes.

La préfecture de police a indiqué sur son compte Twitter que « l'intervention des policiers a permis de libérer les entrées et sorties des sites impactés ».

« Des actions, sans interpellation, ont eu lieu sur les cinq garages de la Ville de Paris où sont entreposées les bennes la nuit », a précisé à l'AFP Paul Simondon, en charge de la propreté à la Ville de Paris.

« Aucun incident n'est à déplorer », a confirmé Régis Vicieli, secrétaire général du syndicat CGT du nettoiement de la Ville de Paris.

Dans un communiqué, la CGT ainsi que plusieurs associations de défense des droits de l'Homme, ont cependant appelé à un rassemblement mardi à 13 h 30 devant le commissariat d'Aubervilliers pour dénoncer « la répression policière », selon Natacha Pommet, secrétaire générale CGT de la fédération des services publics. Un délégué syndical CGT et une chercheuse du CNRS sont en effet convoqués ce jour-là au tribunal, après avoir été interpelés puis relâchés vendredi lors du blocage d'un garage à bennes.

Les trois incinérateurs, qui servent au traitement des déchets de la Ville de Paris et ses alentours et avaient été arrêtés par les salariés grévistes, ont redémarré et « seront pleinement opérationnels d'ici mardi ou mercredi ». Quatre sites de transfert (où transitent les déchets avant d'être traités, NDLR) « sont également disponibles depuis lundi », a précisé M. Simondon.

À Ivry-sur-Seine, les salariés ont cependant « négocié avec la police » la mise en place d'un « barrage filtrant », n'autorisant l'entrée ou la sortie que d'« une seule benne toutes les dix minutes », selon M. Vicieli.

Les salariés des sites d'incinération des déchets de la région parisienne ont arrêté les fours le 23 janvier, perturbant fortement la collecte des ordures dans toute la région parisienne et Paris.

Les éboueurs réclament le maintien de leurs conditions anticipées de départ à la retraite cinq ans avant la date légale, en raison de la pénibilité de leur métier.