Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Service public

La CGT réunit 150 agents des trois versants de la fonction publique en meeting

18 septembre 2019 | Mise à jour le 19 septembre 2019
Par | Photo(s) : DR
La CGT réunit 150 agents des trois versants de la fonction publique en meeting

Quelque 150 agents des trois versants de la fonction publique (État, hôpitaux et collectivités territoriales) se sont réunis à Nantes mardi 17 septembre après-midi à l'appel de la CGT de Loire-Atlantique et de l'UFSE-CGT. Objectif : débattre de la loi de transformation de la fonction publique ; des luttes et mobilisations en cours ; avant d’aborder la démarche revendicative qu'il faudrait opposer à l'accélération de la casse des services publics.

Ils étaient venus s'informer, mais ils avaient aussi envie de débattre des situations qu'ils vivent dans leurs services, administrations et hôpitaux. Parmi ces 150 agents publics réunis à Nantes, à l'appel du collectif des services publics de Loire-Atlantique, on comptait une bonne moitié de territoriaux, ainsi que des agents des finances publiques qui, la veille, avaient participé à la grève nationale.

On notait aussi la présence de militants CGT de la santé d'Ille-et-Vilaine. C'est par une explication de la loi de transformation de la fonction publique et par des focus sur différents points que cette demi-journée a commencé. Ont ainsi été évoquées les questions de la fiscalité locale, des salaires, des inégalités femmes-hommes. L'occasion de faire un point d'étape sur le plan Action publique 2022.

Le débat avec la salle a tourné autour des possibilités de construire des convergences entre les différents mouvements qui secouent les finances publiques, les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) ou les urgences hospitalières. Des mobilisations oui, mais à quel rythme ?  Les participants ayant en mémoire le peu d'impact et de résonance des actions menées au printemps contre le projet de loi de transformation de la fonction publique.