-->
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
HÔPITAL

L’hôpital est au bord du gouffre

5 janvier 2022 | Mise à jour le 4 janvier 2022
Par | Photo(s) : Jean-Michel Turpin / Divergence
L’hôpital est au bord du gouffre

Beaujon est l'un des 3 centres parisiens particulièrement impliqués dans la prise en charge des traumatisés graves en Ile-de-France. Les équipes médicales et paramédicales assurent un accueil multidisciplinaire en urgence, 24 heures/24, au sein de la salle surveillance post-interventionnelle notamment dans le cadre de la permanence neurochirurgicale.

Malgré la pandémie, le démantèlement de l'hôpital public se poursuit. Les personnels, épuisés par deux ans de crise sanitaire et écœurés par les fausses promesses du « Ségur », sont à nouveau descendus dans la rue le 4 décembre dernier. Confrontés à une cinquième vague épidémique, ils entendaient dénoncer les fermetures de lits et les restructurations qui mettent à mal l'ensemble de l'offre de soins dans le secteur public.

Au centre hospitalier intercommunal Alençon-Mamers, dans l'Orne, les personnels sont à bout. « Notre hôpital part en lambeaux », écrit l'intersyndicale (FO-CGT). En grève pour empêcher la fermeture de services et dénoncer la dégradation de l'offre de soins, les agents poussent un cri de détresse. Depuis le début de la pandémie, les conditions de travail n'ont cessé de se dégrader, et les hôpitaux font face à une vague de mises en disponibilité et de démissions, sans que les services RH ne parviennent à recruter. « On manque de 43 équivalents temps plein à Alençon. Pour conserver l'ouverture de nos urgences à Namers, les infirmières ont accepté des heures sup et ont repoussé leurs congés. Mais les agents sont épuisés et en colère, la solidarité, ils en ont marre… », constate Pascal Lamarche, délégué syndical CGT des hôpitaux ornois où, depuis le début de la crise sanitaire, 38 lits de soins ont été supprimés à Mamers et 37 à Alençon. Malgré un recours accru à l'intérim et aux heures supplémentaires, environ 20 % des lits seraient fermés sur tout le territoire, estime par ailleurs le Conseil scientifique. Et de l'aveu même du gouvernement, le nombre de postes vacants chez les personnels paramédicaux serait en hausse d'un tiers depuis l'automne 2019.

Urgences saturées

À l'hôpital pédiatrique parisien Necker, des lits sont fermés faute de personnel et les urgences pédiatriques sont saturées. « C'est chaotique. Les collègues nous alertent sur le fait qu'ils sont rappelés sur leurs repos récupérateurs, ils découvrent qu'ils sont au planning du jour au lendemain. Ils se sentent méprisés et traités comme des pions », constate Marie-Rita Pokoudiby, DS CGT de l'hôpital. Et c'est toute la chaîne de l'hôpital qui est impactée par la saturation des services. « Le temps d'attente est passé d'une à deux heures à six-huit heures aux urgences pédiatriques. On déprogramme des opérations sur des petits, faute de personnels, avec des pertes de chances pour les enfants. Il y a un énorme malaise humain… », témoigne la déléguée. C'est moins la reprise du Covid que le manque d'attractivité de l'hôpital qui affecte les établissements. « Il y a une angoisse, une amertume et une grande colère chez les soignants. L'absentéisme est en hausse et on va avoir encore des départs. Les anesthésistes vont dans le privé pour des salaires deux à trois fois plus élevés. Plein de services d'urgences ferment temporairement ou définitivement dans les petits hôpitaux, alors qu'arrive la cinquième vague », alerte Philippe Bizouarn, médecin anesthésiste au CHU de Nantes et membre du Collectif Inter-Hôpitaux. Au CHU de Dole (39), la direction veut fermer le service de chirurgie d'urgence début 2022. « Le manque de personnel est un prétexte. La chirurgie d'urgence ne rapporte pas assez par rapport à la chirurgie ambulatoire. Mais les CHU les plus proches sont à 45 kilomètres. Si un accouchement se passe mal ou si on a un accident de la route, les patients qu'on devra opérer en urgence vont devenir quoi ? On va les laisser mourir ? » s'indigne Jean-Philippe Zante, secrétaire du syndicat de l'hôpital. Alors que la médecine de ville ne suit plus, les fermetures de petits services d'urgences entraînent un afflux dans les grands CHU. De 180 accueils par jour, les urgences de Rennes sont passées à 200 entrées en moyenne, avec une pénurie de personnel à gérer. « On se retrouve parfois seule avec vingt-cinq patients qui ont besoin de soins imminents, en témoigne ainsi une aide-soignante, un brassard “En grève” sur le bras. Les gens qui arrivent, on les prévient qu'ils sont là pour la journée. On fait des examens à des patients sur des brancards, dans les couloirs. Quand on craque, on va dans les toilettes pour pleurer… Si ça continue on va avoir le dégoût de notre métier. »

Maltraitance institutionnelle

Face à la cinquième vague, l'état d'esprit des soignants n'est plus le même qu'au début de la pandémie. L'absence de reconnaissance a beaucoup découragé. « Ils ont donné de leur personne et sont essorés », constate Virginie Fachon, déléguée CGT du centre hospitalier intercommunal des vallées de l'Ariège (09). Ici comme ailleurs, les fausses promesses du « Ségur » ont déçu. « Ce n'était pas la reconnaissance attendue. 183 euros d'augmentation, c'est dérisoire… » fait savoir la DS. La gestion gouvernementale calamiteuse de la crise sanitaire porte une lourde responsabilité dans la fuite des personnels, fatigués de se sacrifier depuis tant d'années. « Ils ont l'impression de ne plus avoir les moyens de bien faire leur travail, déplore Céline Claude, DS à l'hôpital de Lons-le-Saunier (39). L'obligation vaccinale a été la goutte d'eau. Après les avoir applaudis, on les a montrés du doigt. D'où leur colère. » Parmi ceux qui ont été suspendus, beaucoup ne souhaitent plus revenir. « Une collègue aide-soignante partie travailler à l'usine m'a dit : quand je sors à 21 heures, à 21 h 05 je suis dans ma voiture et j'ai tous mes week-ends. J'ai gagné en sérénité… », confie la déléguée. Une désaffection qui ne se limite pas aux personnels en poste, les étudiants aussi font défection. D'après le gouvernement, 1 300 étudiants infirmiers auraient ainsi démissionné depuis 2018. « Ce chiffre est sous-estimé. Les étudiants ont été très sollicités lors de la crise, au détriment de leur formation. Et les personnels n'ont pas le temps de les encadrer dans les services. Certains sont écœurés et préfèrent arrêter… », déplore Mathilde Padilla, présidente de la Fédération nationale des étudiant·e·s en soins infirmiers (Fnesi).

Écouter le témoignage de Jérémy, étudiant en soins infirmiers

Privatisation rampante

Le 4 décembre, dix organisations syndicales – excepté FO et la CFDT, signataires du « Ségur » – ont appelé aux côtés des collectifs Inter-Blocs et Inter-Urgences à des rassemblements pour réclamer des moyens pour l'hôpital et demander l'arrêt des fermetures de lits. « On a atteint un effet de seuil, le système est en train de s'effondrer. On a traversé la crise du Covid car les personnels ont tenu, les étudiants ont interrompu leurs études, les retraités sont revenus… Sauf que tout le monde est épuisé et on a 150 000 à 200 000 infirmiers qui ont abandonné le métier », analyse Christophe Prudhomme, porte-parole CGT et membre du Collectif Inter-Hôpitaux. Pour l'urgentiste, « il y a une stratégie du gouvernement de laisser le champ libre au privé lucratif. Avec un hôpital public dégradé, qu'on gardera juste pour les pauvres. » Pour contrecarrer ce projet, la coordination réclame une revalorisation des salaires et la création de 100 000 emplois. « Pour que ça change, il va falloir de grosses mobilisations. On va avoir besoin du soutien de l'interpro, de nos UL, de toute la population », affirme Asdine Aissiou, DS à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Et pas uniquement aux balcons et fenêtres pour une énième salve d'applaudissements.