Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
SANTÉ

Notre-Dame de Paris : CGT et associatifs manifestent pour un « confinement total du site »

6 août 2019 | Mise à jour le 6 août 2019
Par et | Photo(s) : DR
Notre-Dame de Paris : CGT et associatifs manifestent pour un « confinement total du site »

Prise de parole du secrétaire général de l'union départementale CGT de Paris Benoit Martin sur le parvis de Notre Dame le 5 août 2019.

Avant la publication le 6 août de nouveaux relevés mesurant la contamination au plomb autour de la cathédrale Notre-Dame de Paris, syndicalistes CGT et membres d’associations, récemment constitués en collectif, se sont rassemblés  pour exiger des mesures de protection des salariés du chantier et des populations impactées par les fumées toxiques.

L’inquiétude des associations et syndicats reste vive malgré l’annonce de la mairie de Paris d’une intensification de la dépollution. C’est notamment le cas chez les pompiers, agents de nettoyage, policiers, personnels de l’Hôtel-Dieu mais aussi bouquinistes, salariés des bars et restaurants avoisinants, a énuméré Benoît Martin, de l’Union départementale CGT lors d’une prise de parole sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Pendant l’incendie qui a en partie détruit la cathédrale le 15 avril, plusieurs centaines de tonnes de plomb contenues dans la charpente de la flèche et la toiture ont fondu et se sont répandues sous forme de particules.

L’association Robin des Bois a porté plainte contre X, accusant les autorités d’avoir tardé à réagir et manqué de transparence.

Le parquet général de la cour d’appel de Paris a dévoilé que des prélèvements avaient été réalisés au Palais de Justice, sur l’île de la Cité, à la suite d’inquiétudes soulevées par certains agents. L’expertise n’appelle pas à de recommandations particulières à l’intérieur du palais mais il est préconisé de réaliser un nettoyage approfondi dans les cours extérieures.

Le chantier de Notre-Dame de Paris, suspendu fin juillet, doit reprendre progressivement à partir de la semaine du 12 août avec l’arrivée de nouvelles mesures de protection pour les salariés potentiellement exposés au plomb.

Une réouverture qui « ne nous va pas », a grondé Benoît Martin. Le collectif de syndicats CGT et d’associations a demandé le « confinement total du site » de Notre-Dame de Paris. La « mise sous cloche » du chantier n’est « pas spécialement adaptée à la situation » et « pas pérenne », a répondu Anne Souyris, adjointe à la santé de la mairie de Paris. Le confinement du site n’est « absolument pas envisageable », a abondé l’archiprêtre monseigneur Chauvet. Le recteur de la cathédrale a estimé lundi sur Europe 1 que les personnels étant intervenus sur le chantier n’étaient « plus en danger » , ajoutant : « tout le monde a fait une plombémie (analyse) et je peux vous dire: on n’est pas plombés ».

« Actuellement, les [15] agents (travaillant à l’Hôtel-Dieu) qui ont eu une plombémie n’ont toujours pas reçu leurs résultats », a rétorqué Graziella Raso, du comité de lutte CGT de cet hôpital.

Souleymane Soumaro, responsable du collectif parisien de nettoyage CGT, a affirmé que les 500 employés qu’il représente n’ont « pas été informés du risque » lié à la pollution au plomb, ni « équipés » pour y faire face. « Ils ont continué à utiliser leurs balais » et, parfois, « ont lavé leurs tenues à la maison », faisant courir un risque de contamination à leur famille, a-t-il expliqué.

Le collectif a également émis des doutes sur une éventuelle contamination des parcs, notamment du jardin du Luxembourg, et fontaines.

« Jusqu’à présent, nous n’avons aucune indication d’aucun problème chez nos personnels », de nettoyage ou qui travaillent dans les parcs et jardins, a affirmé Anne Souyris. « Il faut aller vite», a jugé l’adjointe à la santé, annonçant que la « dépollution sérieuse » du parvis et des rues adjacentes commencerait le 7 août afin que « d’ici la fin du mois », ces sites soient « effectivement dépollués ».