À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Covid-19

Vidéo - Pourquoi la campagne de vaccination tarde-t-elle à démarrer ?

18 janvier 2021 | Mise à jour le 18 janvier 2021
Par | Photo(s) : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Vidéo - Pourquoi la campagne de vaccination tarde-t-elle à démarrer ?

Alors que démarre ce lundi 18 janvier la vaccination des personnes de plus de 75 ans autonomes, cette nouvelle phase de la campagne réserve depuis son annonce son lot de ratés. Nous avons interrogé Christophe Prudhomme, médecin urgentiste, dirigeant de la CGT Santé et Action sociale, sur les raisons de ces retards.

 

Sur fond de crainte de pénurie, la France élargit lundi la vaccination contre le Covid-19 à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans. Réservée jusque-là à certains publics prioritaires, dont les résidents de maisons de retraite ou les soignants de plus de 50 ans, la vaccination est désormais potentiellement accessible à toute la population de plus de 75 ans sur le territoire français.

Potentiellement, car dès les premières heures de la mise en route des standards téléphoniques et des serveurs internet pour la prise de rendez-vous, cette nouvelle phase s'est avérée chaotique pour une population âgée, pas forcément connectée et à l'aise avec l'internet. Dès l'ouverture ce matin du 18 janvier certains centres de vaccination notamment en Île-de-France, n'avaient pas été livrés en doses de vaccin.

De fait, depuis le dernier discours de Jean Castex l'idée d'une pénurie de vaccin commence à s'imposer et suscite bien évidemment de nombreuses critiques sur fond de crainte d'un rebond épidémique avec la menace de nouveaux variants plus contagieux.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a invité à la « patience », alors que les doses du précieux sérum n'arrivent que progressivement. Il a affirmé que « plus d'un million de vaccinations seront réalisées » d'ici fin janvier, entre 2,4 et 4 millions d'ici fin février, alors que la pandémie ne montre pas de signe de faiblesse, avec 2 766 malades en réanimation dimanche, poussant Paris à avancer son couvre-feu à 18 heures à tout le pays depuis samedi.

Suivez la NVO sur FacebookTwitterInstagram