Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

Le coronavirus ne doit pas servir à réduire les effectifs ”

Philippe Martinez - Secrétaire général de la CGT
17 mars 2020 | Mise à jour le 20 mars 2020
Par
Le coronavirus «ne doit pas servir dans certaines entreprises à réduire les effectifs», alerte Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, qui réclame également que le chômage partiel soit payé aux salariés à 100 %, au lieu de 84 % net.

«Nous avons eu ce matin (lundi) une réunion téléphonique avec la ministre du Travail», Muriel Pénicaud, dit-il dans une interview au groupe Ebra, à paraître mardi.

«Il y a besoin d'accélérer les mesures de protection des salariés. Nous avons demandé à la ministre la suspension de tous les licenciements durant cette période : le coronavirus ne doit pas servir dans certaines entreprises à réduire les effectifs», a-t-il ajouté.

«Nous avons aussi demandé que les retards dus aux transports ne donnent lieu à aucune sanction. Et que les personnes en télétravail ne soient pas surchargées de travail, car très peu d'entreprises ont signé des accords encadrant le télétravail», a ajouté le secrétaire général, qui lui-même va télétravailler «au maximum».

Philippe Martinez demande également que «comme pour une catastrophe naturelle, les assurances soient mises à contribution pour permettre que les heures en chômage partiel soient payées à 100 %», et non pas à 70 % du salaire brut et 84 % du salaire net, ce qui correspond au montant des indemnisations prévues actuellement et que l'État s'est engagé à prendre en charge jusqu'à 4,5 smic.