Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
TRANSPORTS

Droit de retrait à la SNCF : après une collision, les syndicats dénoncent un système dangereux

18 octobre 2019 | Mise à jour le 18 octobre 2019
Par et
Droit de retrait à la SNCF : après une collision, les syndicats dénoncent un système dangereux

À la veille des vacances scolaires, le trafic ferroviaire était « fortement perturbé » vendredi sur le réseau TER dans toute la France et certaines lignes franciliennes, des conducteurs et contrôleurs faisant valoir leur droit de retrait après un accident ayant fait plusieurs blessés mercredi.

Une réunion se tenait depuis vendredi matin entre la direction et des syndicats qui réclament la présence obligatoire d'un contrôleur par train alors que le conducteur du train accidenté, lui-même blessé, était le seul agent SNCF à bord.

La SNCF a aussi relevé un trafic TER très fortement affecté, voire suspendu en Bretagne, dans le Grand Est, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans le Gard ou l'Hérault. Cet arrêt de travail sans préavis fait suite à un accident mercredi en Champagne-Ardenne, où un TER avait percuté un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau, faisant plusieurs blessés, dont le conducteur du train, selon une porte-parole de la SNCF.  La préfecture des Ardennes indique qu'il y a eu « onze blessés », dont certains hospitalisés.

Quatre syndicats pour dénoncer un système dangereux

Des agents de conduite et contrôleurs ont fait valoir leur droit de retrait dès jeudi, et plus encore vendredi matin à la prise de service. Le conducteur, blessé et choqué, a dû porter secours aux passagers, car c'était le seul agent SNCF à bord ! »,

La CGT-Cheminots, Sud-Rail FO-Cheminots et la Fgaac-CFDT, sont vent debout contre le mode d'exploitation « équipement agent seul » qui permet de faire circuler des trains sans contrôleur, évoquant des risques de sécurité pour les voyageurs.

De son côté, le secrétaire d'État aux Transports  Jean-Baptiste Djebbari a choisi de rester dans une unique vision légaliste et a déploré une « grève surprise (…) hors du cadre légal » et a rajouté « La CGT sait très bien faire des grèves légales quand elle le veut. Dire qu'on opère un droit de retrait qui n'en est pas un, ça pénalise aujourd'hui l'usager ».

« Les trois quarts des TER sont exploités seuls à bord », a fait valoir le secrétaire d'État qui y voit « une mesure de conduite homologuée » pratiquée « partout en Europe ».

Le droit de retrait , un droit indispensable

« Le droit de retrait, c'est un droit des travailleurs pour dire “attention il se passe quelque chose de grave” », a défendu le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, interrogé sur Europe 1. « On a évité un drame parce qu'il y a un conducteur consciencieux, attaché au service public ferroviaire, qui a bossé. Mais on ne peut pas continuer comme ça », a-t-il prévenu.

Olivier Maigret, secrétaire général de la CGT Cheminots du secteur de Reims d'où est parti le mouvement a précisé à l'AFP que la réunion direction-syndicat se déroulait depuis 7 h 30, avec une seule revendication : remettre un contrôleur dans chaque TER.

« Dans ces nouveaux TER où il n'y a plus de contrôleurs, dès qu'il y a une collision, le conducteur ne peut plus assurer la sécurité », a-t-il expliqué. « Les gains économiques ne peuvent pas se faire sur le dos de la sécurité et de l'humain », a insisté le syndicaliste.