Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
JUSTICE

Gilets jaunes : 14 blessés par la police portent plainte à Toulouse

28 février 2019 | Mise à jour le 6 mars 2019
Par
Quatorze personnes blessées par la police lors de manifestations de « gilets jaunes » ont déposé plainte lundi auprès du parquet de Toulouse, et lancé avec d'autres signataires, un « appel des blessé.e.s de Toulouse » pour dénoncer les violences policières.

« Le mouvement des gilets jaunes a donné lieu à une répression policière et judiciaire sans précédent », a dénoncé Claire Dujardin, l'avocate de nombreux blessés, lors d'une conférence de presse. Crâne fracturé, mâchoire et dents cassées, œil perdu… : une dizaine d'entre eux étaient présents pour témoigner de leur cas, dénonçant tous des violences policières « arbitraires » et « abusives ».

Au total, leur appel recueillait lundi 31 signatures de personnes blessées à Toulouse, une ville en pointe dans la mobilisation. Benoît, un artisan ébéniste de 29 ans, a raconté avoir été plongé plusieurs jours dans le coma victime d'un tir de LBD 40 le 1er décembre, qui lui a causé de multiples fractures au crâne et un œdème au cerveau.

Yann, 39 ans, a affirmé avoir été « tabassé à coup de matraque » le 19 janvier lors d'une manifestation nocturne. « J'ai perdu connaissance et me suis réveillé dans une mare de sang », la mâchoire fracturée et 11 dents cassées, dit-il. « On a été agressé alors qu'on ne représentait aucune menace, et laissé gisant à terre jusqu'à l'arrivée des secours », s'insurge-t-il. « Si on est en liberté, c'est qu'on est innocents. On a été tabassé pour rien », soutient Michael, 37 ans, frappé « à coups de pied et matraqué ».

« Aucun des blessés n'a été poursuivi ou condamné. Beaucoup d'entre eux n'ont même pas été interpellés, et ceux qui l'ont été ont été rapidement relâchés » a aussi relevé Me Dujardin. Depuis le début du mouvement le 17 novembre, il y a eu « 467 signalements à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale), près de 200 personnes blessées à la tête, 21 personnes éborgnées et cinq dont la main été arrachée », a affirmé l'avocate, reprenant les signalements donnés par le journaliste indépendant David Dufresne.

Des chiffres officiels antérieurs chiffraient à la mi-janvier à 243 les signalements alors faits auprès de l’IGPN.