Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
Réforme des retraites

L’action contre la réforme des retraites monte d’un cran dans les raffineries

13 décembre 2019 | Mise à jour le 19 décembre 2019
Par | Photo(s) : DR
L’action contre la réforme des retraites monte d’un cran dans les raffineries

Au lendemain des annonces d'Édouard Philippe, la raffinerie de Grandpuits réunissait les salariés en grève depuis le 5 décembre 2019. L'installation n'est pas à l'arrêt et seules les expéditions sont bloquées, mais suite au discours du Premier ministre, la tension vient de monter d'un cran et la grève est reconduite.

La raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) est un lieu stratégique pour l'approvisionnement en carburant de toute la région. Depuis l'action nationale du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites, pas un camion n'en est sorti. Les salariés sont en grève mais pour l'instant, l'installation n'a pas été mise à l'arrêt.« Une telle mise à l'arrêt met trois jours, et il faut trois jours encore pour la remettre en route » explique Laurent Gaston Carrere délégué CGT.

La grève est reconduite au jour le jour, et le syndicat a souhaité que les salariés s'expriment démocratiquement sur les actions à mener. Pour l'heure, seules les stations services Total sont quasiment à sec, mais l'approvisionnement dans les supermarchés n'est pas encore trop affecté à part dans certains endroits où le sans plomb 98 se fait rare.

On comprend cependant la fébrilité de la direction de Total, qui a trouvé un modus vivendi avec les grévistes, lesquels depuis le 5 décembre 2019 acceptent les travaux de maintenance et de sécurité.

Des équipes de volontaires se relaient pour que la sécurité soit assurée

En attendant les AG, un point de coordination a été réalisé par la CGT Chimie qui dégage une orientation générale de maintien du blocage des expéditions. Les situations sont toutefois variables d'un site à un autre et le discours d'Édouard Philippe du 11 décembre 2019 a énervé bien au-delà des rangs de la CGT…

Ça tape à Carling et à Normandie

Avant l'AG des personnels, la CGT s'est informée des situations des autres sites de l'Hexagone. Les nouvelles vont toutes dans le sens d'un durcissement, et notamment sur le site de Normandie, où non seulement la reconduction du blocage est votée, mais où encore il serait question de fermer l'installation…

« La police a chargé nos camarades qui bloquent les accès sur les ronds-points de la raffinerie de Normandie près du Havre» s'indigne-t-on dans le local syndical de Grandpuits.

À Donges (Loire Atlantique) aussi, la décision d'un arrêt ou pas de l'installation de la raffinerie Total sera prise le lundi 16 décembre 2019. Enfin, à Carling (Moselle) qui vient de rejoindre la grève le 12 décembre 2019, on annonce que des forces de l'ordre ont été immédiatement déployées et qu'un gréviste aurait été blessé par un responsable RH d'une usine de pétrochimie qui a voulu forcer un barrage…

« Nous appelons au calme parce que nous ne voulons pas de blessés ici» s'empresse de préciser Adrien Cornet, qui s'exprime au nom de la CGT lors de l'AG. En effet, sur le site de Grandpuits, on garde en mémoire l'intervention très musclée des gendarmes lors de la grève de 2010 et personne ne souhaite voir le même scénario se répéter…

Édouard Philippe a convaincu… de poursuivre la grève

Aux portes de l'usine, l'ensemble des représentants syndicaux se succède devant l'assemblée générale. La grève qui a débuté le 5 décembre 2019 à l'initiative de la CGT et de FO est maintenant rejointe par la CFE-CGC et la CFDT.

Adrien Cornet prend la parole : « La retraite à 62 ans, c'est fini. Le Premier ministre l'a confirmé hier soir. Si vous partez à 64 ans, qui sera l'âge pivot, tous les ans vous perdez 5%. Mais pour la génération née en 1980, l'âge sans décote est déjà prévu à 65,4 ans, et à 66,25 pour la génération 1990. On nous dit que la réforme est juste, or l'espérance de vie en bonne santé est de 63 ans, et 59 ans pour un ouvrier. On va donc partir malade à la retraite ! Ça vous dit de partir malade en retraite ? »

« Non ! » répondent en chœur les salariés rassemblés. « Ça vous dit de partir de partir à 64 ans ? » « Non ! » crient de plus belle les personnels qui s'échauffent malgré le froid… « Nos anciens en 1936, 1945,1968 ont perdu des mois de salaires, parfois leur vie pour laisser la retraite à 60 ans en héritage. Et nous, offrirons-nous la retraite à points en héritage à ceux nés après 1975 ? C'est cet héritage que vous voulez pour vos enfants ? » « Non ! ».

Se succèdent ensuite, les représentants FO, CFE-CGC et même CFDT, qui explique que bien que son organisation soit favorable au système par points, la ligne rouge a été franchie avec l'âge pivot.

À Grandpuits, l'AG des personnels a donc tout simplement plébiscité la participation à la journée d'action du 17 décembre 2019 et la reconduction de la grève jusqu'au 18 décembre 2019 à 14 heures.

La fédération CGT de la chimie annonce que 7 raffineries françaises sur 8 sont bloquées