Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

Je ferai tout pour qu’il n’y ait pas de blocages, mais n’aurai aucune forme de faiblesse ou de complaisance ”

29 octobre 2019 | Mise à jour le 30 octobre 2019
Par | Journaliste
Interviewé sur RTL à propos de sa très contestée réforme des retraites et à un mois des grèves illimitées dans les transports à compter du 5 décembre, le président s'est livré au dichotomique et périlleux exercice du « En même temps » macronien : à la fois feindre tendre la main à certaines catégories de salariés, à la fois réaffirmer son intransigeance de réformateur en chef.

À propos des régimes spéciaux de la SNCF, de la RATP ou d'EDF, il a ainsi concédé qu'il lui fallait comprendre et « trouver une solution intelligente », pour le cheminot ou l'électricien qui est entré il y a 20 ans avec un pacte avec la Nation. Que, pour ceux-là, il ne fallait peut-être pas tout bousculer. Avant de réaffirmer sa détermination inflexible à supprimer tous les régimes spéciaux pour les nouveaux entrants dans toutes les catégories professionnelles concernées, gendarme, police, infirmier, militaires.

On l'aura compris, le chef de l'État cherche avant tout à éteindre dans l'œuf la révolte sociale qui couve, comme l'ont amplement préfiguré les mobilisations de la RATP et d'EDF et de la Santé publique, celles de la SNCF, le tout sur fond de mobilisations persistantes de gilets jaunes.

Vers une réforme en deux temps

Pourvu d'aller au bout de cette réforme et tenir la promesse faite aux Français, Emmanuel Macron s'est dit prêt à se rendre impopulaire. Une manière de se re-bomber le torse tout en soulevant la soupape de la cocotte-minute sociale sans baisser le feu.

La solution ? Une période transitoire qui consisterait à décaler dans le temps le basculement vers le système à point pour une partie des travailleurs — entendre par là les catégories actives bénéficiant actuellement d'un régime spécial — pour ne l'appliquer qu'aux seules nouvelles recrues comme ce sera le cas pour tous les nouveaux embauchés à la SNCF à compter de janvier.

Un « en même temps » séquencé en deux temps pour une réforme à deux vitesses, ainsi que le recommandait Alain Minc dans une récente interview. Cette stratégie de la division et de l'opposition entre catégories et générations de travailleurs pourrait bien être vouée à l'échec dès lors que les « concessions » faites aux uns seraient supportées par tous les autres.

Après nous le déluge ?